logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/01/2008

SOS d'une blogueuse en détresse...

Depuis quelques temps, avec mon mari, on essaie de faire des diaporamas avec "Powerpoint". En ce qui concerne l'installation des photos et des titres, il n'y aucun problème... là où cela se corse c'est lorsque l'on veut inclure une musique à notre diaporama... alors là rien ne va plus. On a beau respecter les consignes recommandées, la musique ne démarre pas !!! on doit certainement oublier quelque chose, mais quoi, ou bien faut-il des fichiers musicaux spéciaux ? Va-t-il falloir faire des diaporamas muets ? Il y a sans doute quelqu'un parmi vous qui peut nous aider...alors merci d'avance.

07:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

26/01/2008

Le temps des colos

A 14 ans, finies les vacances chez ma grand-mère, à la campagne, il fallait que je mette au diapason, et que je parte en colonie de vacances...
Je peux bien l'avouer, maintenant, ma première expérience à la colo, fut très difficile : je n'avais jamais quitté la famille, et je me sentais seule au milieu de tous ces enfants. J'ai souvent eu le coeur lourd et la gorge serrée...
Et puis, comme on dit si bien, on s'habitue à tout, et je me suis habituée bien sûr.
Cette expérience a eu lieu, dans une région que je connaissais, malgré tout, puisque c'était à Evreux.
Je n'ai que peu de souvenirs de ces vacances. Mais je me rappelle des promenades dans les bois autour du Collège Saint François, puisque c'était là notre refuge. Nous faisions également des sorties sur les bords de l'Iton, cette charmante petite rivière qui traverse la ville d'Evreux.
Cette année là, la colonie était mixte, et nos moniteurs et monitrices organisaient des grandes veillées où tous les enfants participaient par des chants, des danses, des jeux... etc.

medium_Jacqueline_à_Evreux_en_1960.2.jpg

Sur la photo, je suis la deuxième en partant de la gauche et j'étais déguisée en Belle au Bois Dormant...
Finalement c'était bien sympathique, et j'y ai passé de bonnes vacances...
L'année suivante, pas question de renoncer à la colo... c'était passé dans les habitudes, ce n'était pas la peine de discuter...
Cette fois, c'est la région d'Orléans qui avait été choisie, Olivet très exactement... J'ai également de bons souvenirs de ce séjour, avec des monitrices dynamiques et des copines sympas. Et puis des jeux de piste étaient organisés pour nous, et nous faisions de jolies balades dans les alentours... et puis toujours les veillées, les jeux, les danses et les chants, des ateliers où l'on pouvait apprendre la pyrogravure, fabriquer des paniers en rotin et bien d'autres activités...

16 ans ! Cette fois je pensais que ce serait ma dernière année de colo, bientôt je n'aurais plus l'âge... et pour cette dernière, le séjour se passait de nouveau à Evreux, mais sans les garçons cette fois. Notre monitrice était un peu inconsciente : elle nous laissait se promener sans surveillance, en ville, pendant qu'elle se faisait conter fleurette par un copain...mais nous étions très sages, et nous nous contentions de flâner dans les rues d'Evreux....ou dans les magasins...
Je me croyais libérée de la colo. Et bien non !
Le Directeur du centre m'a proposé une place d'aide-monitrice pour le prochain été... et j'ai dit oui. Aide- monitrice cela signifiait que j'étais chargée d'une équipe d'enfants, mais compte tenu de mon "jeune âge", je devais toujours sortir avec une monitrice en titre.
J'ai donc préparé mes bagages en prévision du départ à Bressuire, dans les Deux-Sèvres. Cette fois, découverte d'une nouvelle région...super !
Et je me suis retrouvée avec mon équipe de fillettes d'une douzaine d'année et nous avons passé de très bonnes vacances, il me semble.

medium_Jacqueline_et_son_équipe.jpg

L'année suivante, j'ai réitéré l'expérience à Bressuire, mais cette fois j'étais vraiment monitrice et qui plus est, j'ai retrouvé, en partie, mes fillettes de l'année précédente... une grande joie... bien sûr !

Et puis, voilà, mes études étaient terminées, il a fallut passer au monde du travail, finies les vacances à rallonge... et fini le temps des colonies de vacances !

25/01/2008

Mes souvenirs de vacances à la campagne (suite)

Ma grand-mère était très pointilleuse sur la correspondance, et régulièrement elle me faisait faire du courrier, il ne fallait oublier personne, les parents, les grands-parents, les oncles, les tantes ...
Et puis, il y avait dans sa bibliothèque des livres qu'elle m'autorisait à lire. C'est là que j'ai découvert :"Ces dames au chapeau vert" ou "La soeur de Gribouille" entre autre.
Parfois Madame Lomme nous rendait visite.
C'était une charmante vieille dame qui me paraissait un peu excentrique et même un peu fofolle... Elle déambulait dans la rue, coiffée d'un antique béret qui n'avait plus de couleur, ou d'un chapeau de paille à grand bord, les jours de grand soleil.
Mais elle était très gentille et généreuse.
Souvent, quand elle venait, elle nous apportait du cidre de sa fabrication ou des pots de confiture qu'elle confectionnait.
Je me souviens d'un jour où nous terminions notre repas de midi, et justement nous n'avions plus de cidre. Yves s'est mis à dire dire "ça s'rait bien que Madame Lomme nous amène du cidre". Quelques moments plus tard, la sonnette de la porte de la rue s'est mise à sonner : c'était Madame Lomme qui nous apportait des bouteilles de cidre.
A croire qu'elle avait entendu notre souhait.
La brave dame vivait toute seule, et elle avait pris l'habitude de se coucher très tôt, et de se lever à l'aurore.
Un soir d'été où elle s'était couchée comme à l'habitude, elle a été réveillée pour une raison inconnue. En voyant le ciel rougissant du coucher de soleil, elle a cru être le matin. Elle s'est vite préparée pour aller chercher son lait à la ferme Louis. Quelle ne fut pas sa surprise de trouver toute la maisonnée attablée pour le souper, et toute effarée de voir une cliente à cette heure là !
Il y avait aussi les rituelles promenades au cimetière. Ma grand-mère m'y emmenait sur la tombe de mon père, et on y nettoyait les quelques mauvaises herbes. Une fois en période d'ouverture de chasse, nous étions parties faire notre promenade au cimetière, et qu'elle ne fût pas notre surprise de voir un lièvre sauter de tombe en tombe, en essayant manifestement d'échappper aux chasseurs qui le cernaient... Par dessus le mur, l'un d'eux demanda si par hasard, on n'avait pas vu un lièvre dans les parages, et ma grand-mère s'est empressée de répondre que non.
On lui avait sauvé la vie, mais peut-être pas pour longtemps.
Monsieur Brunerie était le garde-chasse, à cette époque, et le voisin de ma grand-mère. Il mettait ses moutons à brouter dans le champ de ma grand-mère. Finalement c'était une bonne tondeuse et pas onéreuse du tout. Un jour, en remerciement sans doute, il nous avait amené du lièvre et de la perdrix qu'il avait cuisinés. On s'était bien régalé.
Je restais assez tard dans la saison à Coudres, et je pouvais y observer les prémices de l'automne : les hirondelles qui se regroupaient sur les fils électriques de la rue, les feuilles qui se paraient de belles couleurs, la
découverte de noisettes dans les noisetiers, les soirées qui devenaient de plus en plus fraîches... tout cela était le signe que les vacances se terminaient et qu'il faudrait bientôt songer à reprendre le chemin de la capitale.
Mais que de souvenirs emmagasinés pour le retour à Paris.
Et puis l'année 1960 est arrivée, et avec elle, le temps des colonies de vacances.
Adieu la campagne et ses enchantements... il était temps de grandir et d'aller vers d'autres horizons...

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique