logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/01/2008

Mes souvenirs de vacances à la campagne (suite)

Il y eut quelques années, quand nous étions un peu plus grands et que l'on pouvait se débrouiller tout seul, où mon cousin Yves me tenait compagnie pour la période des vacances.
Etant plus jeune, c'était donc lui qui avait la petite chambre près de celle de ma grand-mère, et moi, en grande fille, je dormais dans la chambre de la Tante Aline... mais le rituel était le même.
On s'amusait bien aussi quand Yves était là, mais j'ai souvenance de quelques après-midi "orageux". Nous n'étions pas d'accord sur les jeux... et puis Yves se trouvait pris entre deux filles... alors il se sentait peut-être un peu seul ?
Nous étions très organisés.
Comme on jouait assez souvent à la marchande, ma grand-mère nous conservait les emballages vides de café, sucre, pâtes... enfin tout ce qui pouvait servir à élaborer notre petit commerce.
L'épicerie se tenait sous la tonnelle ombragée par le sureau.
Cet endroit était notre quartier général avec le couloir du fond de la maison.
Nous écoutions également des disques sur un vieux phono à pavillon, qui n'en pouvait plus... le cousin Bernard Seugé avait bien essayé de le réparer mais sans succès. La manivelle était cassée et on devait tourner le disque avec un doigt pour obtenir un son, cela ne devait pas être de la haute fidélité. Mais cela nous suffisait pour écouter des petites merveilles, comme "Léon de Gonfaron du pays où les ânes volent".
Mais le temps n'était pas toujours au beau fixe, et il fallait occuper les jours de pluie et les jours où notre imagination nous laissait désoeuvrés.
Alors ma grand-mère nous sortait de son armoire de grandes boîtes de cartes postales... un vrai trésor !! J'étais toujours très étonnée de voir des cartes postales rédigées en sténo par une de ses amies... Mais comment faisaient-elles pour comprendre ce charabia ?
On faisait aussi d'interminables parties de Nain Jaune ou de dominos.
Tous les jeux étaient rangés scrupuleusement dans la grande armoire normande de la salle à manger, et j'avais toujours l'impression que cette armoire contenait des secrets, tellement cela semblait mystérieux...
On regardait aussi les albums de photos, et ma grand-mère nous racontait de fil en aiguille, des anecdotes de sa vie.
Parfois, on se déguisait avec de vieux vêtements prêtés par ma grand-mère.
Cette année là, l'Oncle Marcel, le frère de ma grand-mère, passait quelques jours de vacances avec nous. C'était un très brave homme, mais il aimait un peu trop la bouteille...
Ma grand-mère nous donna l'idée, à Gisèle et moi, de se déguiser en vieilles dames pour faire une blague à l'Oncle Marcel.
Profitant qu'il était au jardin, nous nous sommes affublées de vieilles robes et chapeaux à voilette et installées dans les fauteuils de la salle à manger. Ma grand-mère partit prévenir Marcel, que la cousine de Vaux sur Eure venait d'arriver avec sa fille.
"Elle aura voulu nous faire une surprise" lui dit-il !
Apparemment, il y croyait vraiment, ou alors il jouait bien la comédie...
En entrant dans la salle à manger, il s'inclina pour nous saluer, et là, il remarqua mes pieds. J'avais gardé mes socquettes, et naturellement, une dame âgée ne met pas de socquettes. Bien sûr, il comprit la supercherie, et tout le monde est parti dans de grands éclats de rire.
Finalement que de bons moments que l'on aime se souvenir.

23/01/2008

Mes souvenirs de vacances à la campagne (suite)

Parfois, on prenait le car pour aller à Saint André, voir la cousine Bellet. Une véritable expédition.
La cousine Bellet était une vieille dame handicapée.
Je peux dire que les visites à Saint André me barbaient plutôt, car il n'y avait rien d'attrayant pour une fillette de mon âge, et puis il fallait rester bien sage... à écouter les grandes personnes...
Une chose pourtant m'intriguait dans la cuisine de cette maison : c'était la cuisinière à charbon qui était pourvue d'un robinet... je me demandais bien à quoi cela pouvait servir. Je ne savais pas qu'il y avait là une réserve d'eau chaude...
Pour aller à Saint André, on devait prendre le car, et pour le retour, l'arrêt se trouvait devant un magasin de jouets tenus par une vieille dame. J'admirais toujours les trésors exposés en vitrine, cela me paraissait magnifique... les poupées, les baigneurs et autres quilles en bois... cela me faisait envie.
Parfois, j'allais jouer avec Liliane Loiseleur, la fille de Maurice et Germaine. Elle était plus âgée que moi d'environ une dizaine d'années, mais il fut une époque où l'on s'amusait ensemble, avant que la différence d'âge, en grandissant, ne devienne un fossé.
Maurice était toujours occupé dans son garage à réparer les voitures de ses clients. Il était très gentil, bien qu'il se fasse un malin plaisir à jouer le monsieur sévère.
Bien plus tard, quand il est tombé malade, j'ai le souvenir de l'avoir vu plus jaune qu'un citron, marchant un peu comme un automate. Cela m'avait beaucoup impressionnée.
Pour jouer, Liliane et moi s'installions dans ce qu'ils appelaient le "four".
C'était une petite maisonnette située à l'entrée de la propriété. On y trouvait un vrai four à l'ancienne, et je pense, qu'en d'autres temps, il avait dû servir à cuire le pain. Ce genre de bâtiment est très courant dans cette région.
Juste en face de la maison de ma grand-mère, habitait la tribu Buchard.
J'ai toujours été très étonnée de l'agencement de leur maison.
Au fond de la cour, il y avait un ancien "four" réhabilité en cuisine où la famille vivait et prenait ses repas. Je crois même me souvenir, qu'il y avait un lit...
De l'autre côté de la cour se trouvait la maison à proprement parler, où l'on trouvait des chambres et une salle à manger. Cela me paraissait peu pratique, surtout les jours de pluie et l'hiver...
A l'entrée de la propriété, une petite mare où se baignaient des canards, accueillait les visiteurs.
Voilà comment se déroulaient mes vacances.
Et puis un jour, ma grand-mère m'a annoncé que j'allais avoir maintenant une camarade de jeux pendant mes vacances.
Gisèle venait d'arriver à Coudres, et sa famille habitait tout près de là.
Ma grand-mère avait demandé à sa maman qu'elle vienne jouer avec moi tous les après-midi.
Nous avions à peu près 8 ou 9 ans quand nous nous sommes connues.
Ponctuellement, elle venait donc tous les après-midi, et on s'amusait bien toutes les deux.
En fin d'après-midi, quand il était temps d'arrêter nos jeux, ma grand-mère m'autorisait à la raccompagner chez elle.
J'étais toujours très étonnée de voir les poules en liberté dans la cour, et rentrer sans gêne dans la maison... et y déposer des saletés. Pensez donc, on ne voyait pas cela à Paris !
Le dimanche était jour de messe dans la petite église si mignonne.
Sur le chemin de l'église, c'était une procession de tous les riverains endimanchés qui allaient "faire leur devoir".
C'était très animé.
On peut dire que ce jour là, il y avait de l'animation dans le village, plutôt calme habituellement.
Les hommes en profitaient pour aller prendre un verre avec les copains, au café-épicerie du village, et les
ménagères s'attardaient en allant chercher le pain ou les quelques provisions nécessaires.

22/01/2008

Mes souvenirs de vacances à la campagne (suite)

Bouboule, la chienne de la maison était ma copine, et si j'en crois les photos qui me restent, je devais lui en faire voir de toutes les couleurs. Mais la pauvre bête nous entourait toujours de son affection.
medium_Jacqueline_à_Coudres_avec_Bouboule.jpg
Après sa famille s'est aggrandie de Micky, son fils, mais je crois que j'avais dû dépasser le temps de lui faire des misères... en grandissant.
medium_Jacqueline_et_Micky.jpg
Devant la maison, il y avait, entre autre un pommier qui nous fournissaient des pommes succulentes.
Souvent la récolte était fructueuse, et ma grand-mère me demandait de les ramasser en faisant bien attention de ne pas prendre les pommes abîmées. Je les mettais dans des paniers que nous portions aux voisins des alentours et à des connaissances de ma grand-mère.
C'était toujours un échange de bons procédés : un service valait bien un autre service.
La maison de ma grand-mère était dépourvue d'eau potable, et nous allions chercher des cruches d'eau pour les repas, chez les Loiseleur, qui eux, avaient la chance de posséder un puits.
Et puis les journaux circulaient entre les voisins. C'était inutile que chacun achète les mêmes quotidiens et revues, alors on se les prêtait... vous dire que les nouvelles étaient fraîches, c'est autre chose.
Parfois, ma grand-mère m'emmenait chez Monsieur et Madame Allix.
J'aimais beaucoup leur maison avec ses volets verts clairs, et son jardin impeccablement entretenu, toujours très pimpant et bien fleuri. Tout me paraissait bien ordonné.
En général, on y allait au début des vacances, et Monsieur Allix me pesait sur une grosse bascule... je ne sais pas si c'était bien précis...et puis on revenait à la fin du séjour, pour voir la progression.
Naturellement, les commissions se faisaient dans le village, les supermarchés n'existaient pas.
Ma grand-mère achetait son épicerie chez Madame Neveu, dont le commerce faisait aussi café, et je me rappelle que cette brave dame nous vendait des pâtes que je trouvais succulentes.
La boucherie Jouen nous fournissait en viande, et un boulanger complétait nos besoins, avec le pain.
Et puis, il y avait des commerçants ambulants qui passaient en camionnette, en klaxonnant pour avertir de leur arrivée et qui pouvaient fournir différents articles et en particulier du poisson.
Nul besoin de se creuser la tête pour le ravitaillement.
Le soir, on allait chercher du lait à la ferme de Monsieur Louis, où Josette, la jeune fille de la maison se faisait un plaisir de nous remplir la laitière d'un bon lait crémeux.
En grandissant ma grand-mère me confiait quelques petites tâches ménagères pour lui donner un coup de main.
Par exemple, je devais dépoussiérer les meubles de la salles à manger. Je bougonnais sur le buffet si ouvragé, que la poussière s'infiltrait partout, sans savoir qu'un jour, il ornerait la salle à manger de mon domicile.
Et puis, il y avait aussi la cérémonie de la lessive.
Cela prenait pas mal de temps.
Naturellement pas de machine à laver... c'était la citerne qui nous fournissait de l'eau de pluie très douce pour le lavage, et si l'on mettait un peu trop de savon, cela moussait tellement, que l'on n'en finissait pas de rincer et de rincer encore...
C'était d'ailleurs pareil, quand on se lavait les mains, ou pour la toilette, trop de savon et l'on ne pouvait plus se débarasser de la mousse...
Le rituel du lavage des mains avait lieu sous le fameux pommier, devant la maison, où une petite table, sans âge était installée, avec un pot d'eau et une cuvette plutôt cabossée.
medium_Jacqueliine_et_le_rituel_du_lavage_des_mains.jpg
On profitait de cet instant pour s'essayer aux bulles de savons, en réunissant le pouce et l'index, et en soufflant pour libérer la bulle.
Une fois, à l'occasion de ce rituel du lavage des mains, mon cousin Yves n'avait rien trouvé de mieux que de mettre un ballon crevé sur sa tête en guise de chapeau.
En voulant faire tomber le ballon de sa tête, j'ai râté "mon coup" et je l'ai tapé sur la joue, ce qui lui a occasionné un saignement de nez... j'étais vraiment très ennuyée de cette mésaventure car ce n'était pas ce que je voulais faire... c'était vraiment indépendant de ma volongé... et il a fallu me consoler !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique